Echange avec nos partenaires immo à Luxembourg

« Comme le dit le gouvernement, rares sont les secteurs d’activités qui tirent profit de la situation actuelle. Les transactions qui étaient en cours se poursuivent pour la plupart d’entre elles, mais à un rythme ralenti. La crise sanitaire impacte déjà largement le marché immobilier. Le marché de la transaction est quasi arrêté du fait de l’impossibilité d’organiser des visites des biens. Pour ce qui est de la vente en VEFA, les réservations se font plus rares, et certains acquéreurs s’interrogent sur l’impact de la crise sur l’évolution des prix, ainsi que sur le comportement futur des banques pour ce qui est de l’octroi des financements et de l’évolution des taux d’intérêts.

A court terme, la reprise pourrait connaître une phase de stagnation, néanmoins, la demande de logements n’a pas diminuée, au contraire, elle pourrait encore s’accentuer dans les mois à venir ce qui laisse présager un avenir pour le secteur.

L’un des impacts positifs de la crise est qu’elle aura été un accélérateur pour la blockchain. La digitalisation va prendre de plus en plus de place dans l’immobilier. Nous devons créer « un cadastre numérique « pour faire face aux prochaines crises et améliorer nos transactions au quotidien.

La taille du pays permet certainement de gérer plus facilement la sortie de crise. Mais les conséquences ne sont pas encore bien connues, à ce stade il y a encore trop d’incertitudes pour en tirer des conclusions.

D’après le gouvernement la situation change de jour en jour. Mais ce qu’on peut déjà dire aujourd’hui, c’est qu’à l’instar des autres pays, l’impact économique pour le Luxembourg sera sévère. Pour certains secteurs comme l’hôtellerie, la restauration, l’événementiel, mais aussi pour certaines grandes entreprises industrielles, les conséquences seront même fatales.

Warren Buffet a dit « C’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus. » Beaucoup d’entreprises sont et seront touchées par la crise, les plus solides sont celles qui ont de la trésorerie.

Mais l’immobilier résidentiel est lié à l’économie luxembourgeoise qui reste bonne. Nous verrons ce que l’avenir nous réserve, je pense – et j’espère – que nous aurons rapidement la possibilité à reprendre à un rythme normal, même si certaines adaptations s’avèreront nécessaires.

Ma vision est qu’Il faut profiter de cette période de crise pour être innovant et aller de l’avant.

Ces articles devraient
vous intéresser